enfr
PROMOTION

Hotel kasbah Marrakech – Location ryad Marrakech

Location ryad et hotel kasbah à Marrakech la ville impériale et la capitale du Sud

Le Sud du Maroc et particulièrement Marrakech vous fait découvrir l’architecture complexe des Kasbahs.

Lorsqu’on évoque une grande maison traditionnelle marocaine, notre esprit pense systématiquement aux incontournables riads de Marrakech, qui au fil du temps ont su se faire une place importante dans le secteur touristique. Au sud du Maroc, d’innombrables Kasbahs de Marrakech, bâtisse aux allures imposantes, dont certaines restaurées par l’Unesco, refont surface depuis quelques années et proposent aux touristes des visites en évoquant les secrets de leur histoire autour d’un délicieux thé à la menthe. D’autres, ont connu un sort identique à ceux des riads et se sont convertis en restaurant ou en maison d’hôte proposant aux touristes une vie de pacha.

Cependant, cette magnifique demeure a connu, durant les siècles, des périodes différentes d’une vie riche et mouvementée :

D’abord, un prestige architectural au service des pachas

En avançant vers le sud du Maroc, des paysages magnifiques et très différents les uns des autres défilent devant nos yeux. Au milieu des ces petits villages berbères en pisé, surgissent de temps à autre de somptueuses bâtisses couleur sable : les kasbahs

Kasbah provient du mot arabe « kasabah » qui signifie « roseau ». Matériau utilisé pour l’isolation thermique dans la construction des toits de plusieurs habitations anciennes. C’est ainsi que cette fameuse habitation, a hérité de ce nom par extension. Il s’agit d’une citadelle millénaire construite selon des techniques ancestrales par les berbères.

Les kasbahs sont la plus belle expression de l’architecture berbère qui n’a jamais subi l’influence de l’art hispano-mauresque suite à la conquête arabe.

Elle est bâtie sur des fondations de pierre, autour de quatre tours qui délimitent la construction. Ses murs épais en pisé isolent de la chaleur et du froid grâce à ce mélange de terre et de paille. Au centre, un patio apporte la lumière à l’habitation. De l’extérieur, on aperçoit les tours et leurs motifs en creux et en relief sur la base de briques de terre crue argileuse.

Ces admirables bâtisses ont jouaient un rôle essentiellement stratégique pendant des siècles. Avec leur situation dominante en hauteur, exprimant l’autorité, elles étaient l’habitation des pachas, gouverneur à l’époque des villes impériales, ou des caïds, représentants des rois.

Ces demeures sont souvent isolées, étaient aussi de points de ravitaillement pour les habitants du désert. Renforcées, elles impressionnaient par leur allure et décourager facilement les brigands et les pillards contre les caravanes des nomades qui s’y réfugiaient.

Ensuite, un vestige aux oubliettes du patrimoine

Historiquement, le pacha Thami-el-Glaoui, en prenant le parti des français au Maroc en 1912 contre le sultan Mohamed V, accumule ainsi une immense fortune et fait construire les plus belles kasbahs et devient alors le seigneur de l’Atlas. Il étend son autorité sur tout le sud marocain, ce qui permit à ses demeures de connaitre comme lui, la gloire. Après le retour du roi de l’exil et la fin du protectorat Français, tous les biens du pacha furent confisqués.

Laissées par la suite à l’abandon dans cette région désertique où les pluies rares mais violentes menacent ces majestueuses forteresses. Elles s’écroulent lentement, tombent en ruine et se transforment en tas de boue, au risque de disparaître à jamais du paysage marocain. Les habitants de ces régions, souvent attiré par les villes ne les reconstruisent pas ou vont bâtir ailleurs.

Enfin, une richesse au service du tourisme

Un lieu chargé d’histoire comme la kasbah, n’a pas laissé indifférents les autorités, les associations et l’Unesco pour faire de ces biens un patrimoine national, et mondial. (La kasbah d’Aït-Ben-Haddou est inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO depuis 1987). S’ajoute à cela, la restauration des ces demeures par des particuliers donnant à ces lieux une deuxième vie et un avenir prometteur.

Comme le roseau, origine de son nom, la kasbah a su résister au temps et continuer son chemin paisiblement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>